10/01/2013

Albert Mbonerane plaide pour le parc national de la Rusizi

Rusizi-National-Park-Burundi.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Burundi – Environnement.

Albert Mbonerane plaide pour le parc national de la Rusizi

15 décembre 2012

Bujumbura, le 15 décembre 2012 (Net Press). A travers une correspondance adressée le 10 décembre 2012 à Pie Ntavyohanyuma et Gabriel Ntisezerana, respectivement président de l’assemblée nationale et président du sénat burundais, le représentant légal de l’Acve (Action ceinture verte pour l’environnement) invite les deux hautes personnalités à sauver le parc national de la Rusizi envahi par la culture de la canne à sucre de la société Tanganyika business company (Tbc) de Nahum Barankiriza.

Ambassadeur Albert Mbonerane leur demande que cette intervention soit rapide car, ce parc unique au Burundi est menacé de destruction par des investisseurs qui ignorent son importance. Principalement, il pointe du doigt la Tbc pour la culture de la canne à sucre, la Cogerco, une compagnie de l’Etat chargée de la culture du coton, de hautes personnalités burundaises qui ont acquis des terres dans cette zone inaliénable et qui dévastent le faux palmier Hyphaenabenguellensis var ventricosaIbikoko au profit de leur culture du palmier à huile.

Il signale aussi que suite à l’aménagement du territoire, le site ne couvre depuis l’an 2000 que 5.932 hectares alors qu’en 1980, il s’étendait sur 10.000 hectares. Au même moment, il a changé d’appellation passant de parc national de la Rusizi à la réserve naturelle de la Rusizi.

Le représentant légal de l’Acve reconnaît que l’investissement de Nahum Barankiriza qui menace la palmeraie unique en Afrique générera beaucoup d’emplois. Il explique néanmoins que des effets néfastes de la dégradation de cette réserve vont coûter plus chers que le bénéficie de cette sucrerie. Albert Mbonerane déplore qu’une année plus tard, le décret présidentiel n°100/282 du 14 novembre 2011 qui ramenait la superficie dudit parc à ses dimensions de 1980 n’est pas encore appliquée. Plutôt, précise-t-il, des machines continuent à déraciner le faux palmier et le décret est conservé soigneusement dans les tiroirs pendant que le parc disparaît au vu de tout le monde.

Cette contradiction lui rappelle la célèbre déclaration de Jacques Chirac lors du sommet mondial sur le développement en septembre 2002 à Johannesburg : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs… Il est temps d’ouvrir les yeux ». En paraphrasant cette déclaration, poursuit-il, nous disons aujourd’hui « Le parc national de la Rusizi brûle et ceux qui détiennent le pouvoir de le sauver regardent ailleurs ».

Pour l’Acve, ce n’est pas gratuit que le Dieu Tout-Puissant a mis cette palmeraie dans cette localité et pas ailleurs. D’où, ses membres restent convaincus que la production sucrière de Tbc ne pourra jamais jouer la fonction que le Créateur a confiée à ce parc.

Elle recommande alors aux députés et sénateurs de faire une descente sur terrain pour découvrir cette catastrophe. Une visite selon elle qui ne leur coûterait pas beaucoup d’argent puisque le parc est proche de Bujumbura et que 120 minutes seulement suffiront pour constater de leurs propres yeux cette destruction d’un écosystème dit « aire protégée ». Cette association leur recommande aussi de demander à l’Isabu de faire des analyses pédologiques pour trouver d’autres terres pouvant servir à la culture de la canne à sucre. L’autre recommandation adressée aux parlementaires est celle d’identifier l’autorité administrative qui a autorisé la société de Nahum Barankiriza à détruire cet écosystème en violation des textes légaux signés par le président de la République sur initiative du ministère en charge de l’environnement.

http://www.netpress.bi/spip.php?article5621

21:35 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

SAUVEZ LE PARC NATIONAL DE LA RUSIZI ENVAHI PAR LA CULTURE DE LA CANNE A SUCRE PAR TANGANYIKA BUSINESS COMPANY

Rusizi-National-Park-Burundi.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment peut-on impunément passer outre le décret nr 100/282 signé le 14/11/2011 par le Président du Burundi Pierre Nkurunziza qui s'était engagé à ramener la superficie du parc national de la Rusizi à ses dimensions de 1980.

Comment peut-on impunément se moquer de la parole et des promesses de la plus haute autorité du Burundi, le Président du Burundi Pierre Nkurunziza, en bafouant allègrement et sans aucune inquiétude ce décret !!!

Y a t’il une justice au Burundi ?

Les promesses du Président sont-elles des paroles en l'air ?

Les décrets signés par le Président ont-ils une valeur au Burundi ?

Veuillez lire le document en fichier joint ci-dessous et rassurez-moi s'il vous plait !!!


sauver le parc 2.docx

00:52 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

14/11/2012

Le cinéma Paguidas avant (années 60-70 ) et après ( 2012 )

Le cinéma Paguidas avant et après devenu un magasin ( à gauche difficile de le reconnaitre )
ciné paguidas avant.jpgA gauche l'ancien ciné paguidas devenu magasin de .......jpg

11:13 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

La poste avant années 70, la poste année 2012

La poste avant ( années 70 ) et après ( 2012 )la poste avant.jpg
 
la poste après.jpg

 

10:21 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Exposition Kilulu Bintu du 9 au 24 mars 2013

exposition kilulu bintu.jpg155374_535712896457306_767023709_n.jpg

09:59 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

30/06/2011

Lycée Clarté Notre Dame 59-60 ( photo de P. Bultot )

photo usa rosy bultot congo50003.jpg

Vous reconnaissez-vous sur la photo ?

Lire la suite

14:05 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

Défilé d'élégance et de belle voiture dans les années 50-60 ( photos de Thierry Tondeur )

Dans les années 50-60 il y avait des défilés d'élégance et belle voiture à Usumbura.

Ces festivités se faisaient au " Coconut " boite de nuit bien connue des anciens d'Usumbura

Cet établissement se trouvait face au Lac Tanganyika non loin du cercle nautique.

J'ai encore eu l'occasion d'aller y passer une soirée en 1974

Mais qu'est devenu le Coconut depuis ?

Guy-Peggy thierry tondeur.jpg

Peggy021 thierry tondeur.jpg

13:32 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |

28/06/2011

Usumbura années 50-60 photo de R. Dewitte

Brarudi.jpg
BRARUDI

Estaf motors.jpg
ESTAF MOTOR

Cociru et les laboratoires.jpg
COCIRU ET SES LABORATOIRES

14:32 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Photo d'Usumbura 50-60 R. Dewitte

Av Malfait et garage Bergmans vu du Grand Hôtel.jpg
2 photos de la Banque Centrale
Banque centrale 1.jpg
Banque centrale 2.jpg
2 photos de la poste

La Poste Bâtiment.jpg

La Poste Boîtes postales.jpg

 

14:17 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Photos d'Usumbura 50-60 Nicole Wijnants

1/Le port d'Usumbura
2/Place jungers, bâtiments Sella, Old East...

 

usa photo de nicole.jpg

 

usa photo de nicole 2.jpg

 

 

14:07 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Photo de paulette Debeur

usa photo de paulette debeur 1.jpg

Vous reconnaissez-vous sur cette photo  ?

 

 

 

 

 

 

1ère rangée en robe blanche M-L Thone, paulette Debeur et.......

 

13:50 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Le Mwami du Rwanda Mutara III ( photo de Viviane Paternoster )

Le Mwami Mutara III du Rwanda et monsieur Paternoster, père de Viviane. ce dernier mesurait 1m83. Le Mwami devait sûrement dépasser les 2 m.

usa viviane paternosters facebook.jpg

13:26 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

06/06/2011

Photo prise en 1962 Pouvez-vous me donner des noms ?

nicole  10'-02-1962 ok.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur la photo pour l'agrandir !!!


1/ Nicole Wynants 6/ Jacques Michiels 11/ Nicole Michiels

Photo prise le 10 février 1962. Une boum chez mes amis Nicole et Jacques Michiels dans la maison de la famille Michiels à Bruxelles. Monsieur Michiels était architecte à Usa. Christiane, la petite soeur est décédée tragiquement avec sa maman dans le terrible incendie de l'Innovation. Quelqu'un se reconnait sur la photo? Avez- vous des nouvelles de Nicole et Jacques? Bonne après-midi à tous..

Christiane Michiels était dans ma classe.

Je compte sur vous
 
Michèle De Coninck

00:34 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

08/04/2011

1957-1958 ROSE NTAMIKEVYO EPOUSE DU PRINCE LOUIS RWAGASORE AU LYCEE CLARTE NOTRE DAME


57-58 M.Rpse Rwagasore et Danielle Fiasse.jpg57-58 sixièmes, M.Rose Rwagasore 1.jpg57-58 ph 17 Josepha, Domina, Mary Frangoulis.jpg58-59 cinquièmes avec M.Rose Rwagasore.jpg58-59 dvt appt V.D.E. M.Rose Rwagasore. récréation.jpg

01:06 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |

06/04/2011

Elle s’appelait Rose Ntamikevyo.......

http://www.arib.info/index.php?option=com_content&tas...

 

Convertir en PDF Version imprimable

Le Prince Louis Rwagasore avait une femme.Elle s’appelait Rose Ntamikevyo.

Par Perpétue Nshimirimana - @rib News, 13/10/07

Rose NtamikevyoCe samedi 13 octobre 2007, le Burundi commémore le 46ème anniversaire de l’assassinat du Prince Louis Rwagasore, héros de l’indépendance du Burundi. Un peu partout à travers la diaspora, des invitations ont été lancées aux Barundi  pour se retrouver nombreux afin de marquer cette journée par leur présence.

Un fait étonnant, qui semble se répéter cette année encore, mérite d’être relevé. Le souvenir de l’existence du Prince est toujours évoqué de façon très isolé comme s’il avait vécu dans une bulle, sans aucune attache familiale ou affective.

Jamais au cours de ces quarante six dernières années et au cours des différentes commémorations, tous ceux qui disent se reconnaître en lui, n’ont fait allusion à sa famille. C’est comme si, la mort du prince avait été érigée en symbole désincarné, vidé du sens de son engagement et de sa vie.

En réalité, à côté de son action politique, le prince Louis était marié et père de deux enfants même si ces derniers ne sont plus de ce monde.

Marriage de Louis Rwagasore et Rose NtamikevyoIl avait épousé Rose Ntamikevyo en 1959. Ce mariage avait suscité beaucoup d’émotion. Certains croyaient même y voir une portée symbolique.

Les acteurs du Burundi officiel n’ont jamais formulé une seule pensée pour l’épouse du Prince. Alors qu’elle fait partie du paysage politique burundais des années 60, Marie-Rose Ntamikevyo est tombée au fil des années dans les oubliettes de l’Histoire.

Comment expliquer ce silence autour d’elle ?

Pourtant, elle semblait ne laisser personne indifférent. Certains, parmi ceux qui l’ont connue de près, parlent d’elle de façon très affectueuse.

“ C’était une perle ” affirme un témoin.

D’autres au contraire, étaient beaucoup moins élogieux.

Tenter de l’effacer de la mémoire collective, s’agit-t-il  d’une volonté politique ?

Est-ce un oubli involontaire qui s’est répété d’année en année ?

Qu’est-elle devenue après la mort du Prince ?

Les héritiers politiques de Rwagasore tout comme ses proches devraient, après toutes ces années, expliquer la façon dont ils l’ont aidée à contenir et à surmonter sa douleur. Apparemment, elle semble avoir été abandonnée de tous et livrée à elle-même.

Malgré plusieurs tentatives auprès de personnes sensées lui être proches, il m’a été, par exemple, impossible de connaître la date exacte de son décès. Personne dans son entourage immédiat et connu ne savait !

Cette attitude  laisse songeur !

Ceux qui se réclament de l’héritage du Prince Louis Rwagasore devraient réparer ce manquement.

Le cas de Marie-Rose Ntamikevyo n’est pas un cas isolé.

Tenez, par exemple, la reine Baramparaye, épouse du Roi Mwambutsa IV et mère de Ndizeye Charles, dernier roi du Burundi, est décédée au mois de février 2007 à l’âge approximatif de plus de 80 ans.

Depuis l’assassinat de son fils Ntare V en 1972, elle a vécu dans l’indifférence totale du Burundi officiel, abandonnée de tous. Plus d’un burundais a été surpris d’apprendre qu’elle était vivante toutes ces années,  quelque part dans la province de Gitega.

Combien de temps encore les Barundi vont accepter que “ des acteurs du Burundi officiel ” effacent de leur mémoire tout lien avec la royauté ?

Cela dure depuis 40 ans.

Pourquoi les proches de cette royauté prolongent-ils cet incompréhensible manque de respect envers leurs aînés ?

Cette situation nous rappelle celle que ces mêmes acteurs politiques ont tenté d’imposer aux enfants des “ hutus des années 60 ” pour qu’ils effacent de leur mémoire leurs parents “ disparus ”.

Il n’est pas trop tard pour rendre à nos aînés leur dignité, victimes du “ Burundi officiel ”.

22:35 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

04/04/2011

1957-1958 Visite du Mwami Mwambutsa IV à la Bralima

Régulièrement des amis et connaissances m'envoient des photos prisent au Burundi dans les années 50-60-70. Ils m'autorisent à les publier sur mon blog, ce pourquoi je les remercie. Ces photos pourraient leur permettre de retrouver des amis de l'époque et surtout intéresser les Burundais. Ce patrimoine photographique, il me semble, fait partie de leur histoire. Merci Marité pour ces photos

buja marite usa - mwami à la Bralima 003.JPGbuja marité usa - mwami à la Bralima 006.JPGbuja marite usa - mwami à la Bralima 004.JPGbuja marité usa - mwami à la Bralima 005.JPG

14:03 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

01/04/2011

Photo Ciné (le photographe bien connu d'Usumbura mr Ceuppens)

Vous êtes sûrement nombreux à posséder dans vos albums ou boite à chaussure des cartes postales d'Usumbura signées :
 " Ceuppens-Usumbura "
Monsieur Ceuppens était présent lors de toutes les festivités de l'époque.
Il nous a laissé un bel héritage en images du Burundi, d'Usumbura, de diverses festivités, de remise de prix, etc !!!
En avez-vous chez vous ?
Pouvez-vous nous en faire profiter ?
Merci d'avance :-)

Michèle De Coninck

1ère photo : Magasin " Photo Ciné " de mr Ceuppens
2ère photo : 1955 Moi à une remise de prix
3ème photo : 1955 Nicole à la même remise des prix photo ciné ceuppens.jpg 

0%20je%20dois%20avoir%208%20ans%20une%20remise%20de%20prix%20il%20me%20semble.JPG1955 remise des prix stella matutina viviane paternoster monique peeters nicole wynants.jpg

13:24 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

31/03/2011

le Burundi est le grand vainqueur du Salon International du Tourisme (du 9 au 13 mars 2011) à Berlin en Allemagne

 
Le Burundi vainqueur du salon touristique : vers une redinamisation du tourisme
30-03-2011

Le Burundi pourrait être une autre destination touristique dans les jours à venir, après le Salon International du Tourisme qui s’est déroulé du 9 au 13 mars à Berlin en Allemagne et dont le Burundi est sorti vainqueur.

Tels sont les espoirs de la ministre du Commerce et du Tourisme, Mme Victoire Ndikumana, le directeur pays du PNUD, Gustavo Gonzales, et même du président de la république Pierre Nkurunziza, lors des cérémonies de la remise du trophée au président de la république par la ministre du commerce, Mme Victoire Ndikumana, ce mardi à Bujumbura.

« Au Rwanda, et même dans les autres pays, le tourisme est une grande industrie, qui peut même générer des fonds plus que le café ou le thé, » a souligné le Directeur Pays du PNUD, Gustavo Gonzales, lors de ces cérémonies.

« Le Burundi a plusieurs choses à montrer au monde, » a ajouté la ministre Ndikumana, soulignant que lors de l’exposition en Allemagne, les décors burundais attiraient déjà plus de monde. Quant aux danseuses et tambourinaires burundais, la ministre a fait savoir qu’ils ont effectué une démonstration spectaculaire qui a séduit beaucoup de gens présents.

Le président de la république de son coté a montré que le Burundi a des chances et surtout de belles choses à montrer au monde.

Selon lui, gagner la première place dans des compétitions (sauf en football) est devenue comme une habitude. Il a rappelé que, Miss East Africa a été burundaise, que les journalistes burundais on1t inventé un grand moteur de couverture médiatique, appelé synergie de Médias que l’on trouve nulle part ailleurs sauf au Burundi.

Notons que le Burundi venait de passer 20 ans sans poser le pied dans ce salon d’exposition touristique, suite, soit à la guerre ou à d’autres raisons inconnues.

Le trophée est arrivé au moment où le pays venait de rétablir la sécurité sur l’essentiel de son territoire, un acquis qui risque de se volatiliser suite à la montée des violences ces derniers jours.

Les mesures de développement du secteur touristique doit impérativement être accompagnées par la stabilité sécuritaire et politique pour stimuler les touristes, les investisseurs et autres à venir nombreux au Burundi, un pays des diversités uniques au monde.

Par Désiré Nimubona/Radio isanganiro

14:01 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

02/11/2010

Un grand merci .....

Un grand merci pour tous vos messages de sympathie.
Je n’oublierai jamais le Burundi, pays si cher à mon cœur où j’ai passé les plus belles années de ma vie.
Le Burundi non seulement est un très beau pays comme le chante si bien Steven Sogo mais en plus il est magique. Impossible de l’oublier une fois que vous y avez été ne fusse que pour quelques jours. Imaginez alors si comme moi vous y avez vécu de nombreuses années…….
Pour répondre à une de vos questions :
- Comptez-vous revenir un jour au Burundi ?
Je réponds :
- Oui ! Je ferai mon possible pour revenir voir ce qu’est devenu ce pays que je ne peux oublier !!

Michèle

21:58 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | |

28/08/2010

L'aeroport d'Usumbura tel que je l'ai connu jusqu'en 1974

Notre arrivée à Usumbura ( 1953 ) s'est fait sur un aérodrome situé sur la route de Rumonge. La piste était en terre battue. Les hélices des moteurs soulevaient un immense nuage de poussière qui nous piquait les yeux et nous empêchait d'apercevoir les passagers descendre de l'avion. Mais bien avant Rumonge les avions atterrissaient sur une piste située derrière l'église grecque si mes souvenirs son bons. dyn004_original_800_537_pjpeg_54142_c6020373c5abd2d910e3310c9b6d354d.jpg
On y a construit un stade à la place.

image024.jpg

sobelair-1.jpg

 
Numériser0003-3.jpg
038.jpg
L'aéroport de Bujumbura aujourd'hui
463914033_a69f2e1742_b.jpg

02:33 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |

Vues aeriennes d'Usumbura prisent dans les années 50-60

 
Vue aérienne de la cathédrale où j'ai fait ma communion solennelle en 1958 et Stella Matutina où j'ai fait toutes mes années primaires. image015.jpg


image037.jpg








Sur cette photo on peut voir la place Jungers ( je ne connais pas son nom actuel ) L'hôtel Paguidas, le stade, etc ...

00:54 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

23/08/2010

La circulation à usumbura dans les années 50

diverses photos bja et kampene-8.jpg
En regardant cette photo de maman, ma tante et mon oncle prise en 1955 face au bâtiment de l'Old Easton je constate qu'il n'y avait pas beaucoup de circulation dans les rues d'Usumbura à l'époque.

C'est tout à fait différent aujourd'hui.
titine circulation.jpg

23:40 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Boulangerie Kapa

24850_1348813397037_1132407134_1069872_1317882_n.jpg

La boulangerie Kapa fait aussi partie de mes bons souvenirs. Je ne la reconnais pas trop sur cette photo, il y a sûrement eu des changements depuis 1974. L'entrée était à droite des 2 fenêtres sous " Boulangerie Kapa ". La fenêtre et la porte de gauche sous " Kapa Bakery " auraient-elles été ajoutées plus tard ?

00:56 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

Les fraises du Burundi....un régal pour les papilles !!!

Ah !!!! Les délicieuses fraises du Burundi. Elles étaient tellement bonnes et très sucrées, un  vrai régal pour les papilles. Je n'en ai jamais mangé d'aussi bonnes depuis. 
Je ne peux m'empêcher de sourire en repensant à certains jeunes vendeurs, très futés, qui venaient à la maison nous vendre leurs fraises. Elles étaient présentées dans des petits paniers en osier assez profonds en prétendant que ces derniers étaient remplis à ras bord de fraises alors que bien souvent ils bourraient de paille la moitié du panier pour ensuite y ajouter les fraises. Mais voilà N'Yange, notre boy, veillait au grain !!! Il leur demandait de vider le panier et vérifiait le contenu de ce dernier. Gare à celui qui voulait le tromper sur la marchandise. Il m’apprenait tous les trucs et astuces pour ne pas me faire avoir par ces garnements :-D
Pareil pour les oeufs, il les pimait dans un grand seau d'eau et ne prenait que ceux qui restaient au fond. A ce jour je pime encore mes oeufs de cette manière lorsque je ne suis plus trop  sûre de la fraîcheur de ces derniers.
Mais au fait " pimer " est-ce français ou ki-français.
Je ne trouve pas ce mot au dico :-S

25229_1344146480367_1132407134_1059813_3417341_n.jpg

 

 

 

 



00:22 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | |

08/08/2010

L'hotel-restaurant " Le Tanganyika "


http://www.molitor-foto.de/burundi2009/images.php

Le Tanganyika n'a pas changé. Il est tel que je le garde dans mes souvenirs des années 50-60. Pendant que nos parents sirotaient un verre à la terrasse de l'hôtel, nous, les enfants, nous nous amusions sur la plage.

Souvenir ! Souvenir !!!

16:44 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | |

02/08/2010

Message pour les anciens du Burundi

Vous avez vécu au Burundi avant ou après 1960.
Vous aimeriez retrouver des amis perdus de vue depuis 20, 30, 40......années.
Venez nous rejoindre sur
http://habarikani.multiply.com/
J'ai créé ce site en 2004 pour permettre aux anciens du Burundi de se retrouver et surtout de ne plus se perdre de vue.
Mon skynetblog + Habari kani à permis à beaucoup d'anciens du Burundi de retrouver, pour leur plus grand bonheur, des copains d'enfance qu'ils ne pensaient jamais revoir !!!
Intéressé ????
Laissez-moi un message avec votre adresse mail ainsi que quelques renseignements concernant votre année de naissance, les années vécues à Bujumbura, que faisaient vos parents. Vous pouvez aussi me donner des noms de copains que vous aimeriez retrouver.

J'attends de vos nouvelles

Michèle

 

00:21 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |

25/06/2010

Faire-Part de décès de Mme Immaculée Murekatete épouse de Jean-François Verhegghen

00=Faire-Part

21:31 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

02/03/2010

Un salon de café et thé à Bujumbura " AROMA "

Corinne est revenue, il y a quelques jours, de Bujumbura. Elle nous parlé de ce salon de thé en nous écrivant ceci :


" AROMA, un endroit où l'on se retrouve volontiers pour un délicieux capuccino, un délicieux smoothie ou milk shake... convoité par presque TOUS les burundais et autres.... bravo Richie! "

Curieuse de nature j'ai cherché sur le net des renseignements concernant " AROMA " et y ai trouvé l'article ci-dessous.
Si par bonheur je retourne un jour à Buja, je passerai boire un bon café chez Jean-Michel....promis ;-)

 
 
DECOUVERTE: un salon de Thé à Bujumbura   
Samedi, 06 Février 2010 15:04
Aroma
« Arôma », une adresse pour boire du café Sambi nouvelle marque de café burundais qui offre une gamme très variée. En bas, Jean Michel Rishirumuhirwa : «Le café burundais est
excellent pour agrémenter les rencontres.»
JMRishirumuhirwa

Quand le  Burundais, sort c’est pour prendre un verre avec des amis. Jean Michel Rishirumuhirwa, un jeune burundo belge  a fait le pari d’ouvrir  un salon,  un lieu où on ne sert que du thé ou du café. Une nouveauté. Pari gagné : après quelques mois, l’Arôma est très prisé. Des Burundais viennent siroter  non pas une bière fraîche, mais une tasse fumante d’un café ou d’un thé

Comment l’idée d’ouvrir un salon de thé vous est venue ?
Jean Michel:

Un salon de thé c’est tout ce qui manquait à Bujumbura, partout on voit des bistrots mais nulle part un  salon où on peut déguster un café ou un thé. Voilà comment l’idée m’est venue de créer la différence.

Quelle est la différence entre  un bar classique et un salon de thé ?
Un bar classique est un endroit où on vend essentiellement de l’alcool tandis que dans un salon de thé on ne sert que du café et du thé.

Que recherchent les gens qui viennent par ici?
Souvent les gens viennent ici pour savourer du café, ce sont des personnes qui préfèrent l’ambiance très calme qui règne ici .C’est aussi un lieu de rencontre et  idéal pour la conversation. Il y en a qui viennent aussi pour  profiter de la connection internet sans fil.

Quelle est la catégorie de gens que vous recevez le plus souvent ?
Toutes les catégories confondues ; les dames, les hommes, les jeunes et les moins jeunes, les expatriés, les Burundais…

Combien de types de café et de thé servez-vous ?
Nous avons une dizaine de sortes de café et six  sortes de thé

Que pensez-vous du café burundais ?
Il est bon. Pour tous nos cafés nous utilisons  le café Sambi, qui  est une nouvelle marque de café burundais, c’est une gamme variée où on peut trouver du plus fort au moins fort des cafés  de manière à satisfaire tous.

Boire un café est-ce que c’est déjà ancré dans la culture burundaise ?
Au début c’était dur parce que les gens ne comprenaient pas et ne fréquentaient pas beaucoup  notre salon. Mais  les choses changent et notre clientèle s’agrandit jour après jour. Nous sommes satisfaits.
http://www.iwacu-burundi.org/index.php?option=com_content&view=article&id=478:decouverte-un-salon-de-the-a-bujumbura&catid=40:quotidien

14:46 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |

12/12/2009

Très belle carte de voeux 2009-2010 du centre jeune de Kamenge

voeux-Centre-Jeunes-Kamenge

Centre Jeunes Kamenge
B.P. 783 Bujumbura-Burundi
Tél. : (00257) 22 23 28 05
Fax (00257) 22 23 28 07
Mob : (00257) 79 92 17 60
http://www.cejeka.org/

12:56 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

05/10/2009

Afric Arts Wavre le week-end du 09 & 10/10/2009

14:07 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | |