13/05/2005

1957 Bruxelles - Usumbura / 5

Lundi 15/07/1957
C'est le départ pour la grande aventure. Avant tout un tour en ville pour nous ravitailler pour le pique-nique, puis départ. Après quelques kilomètres il s'avère que les bagages poussent sur le dossier des enfants .....il faut changer le rangement.
 
Mettre la voiture en " station ", répartir les bagages et coucher les enfants dessus. Nous quittons donc Matadi dans l'ordre suivant, nous devant avec la Taunus, ensuite Maggy et ses 2 filles en Opel-Caravan et enfin Gaby Macaux en Volkswagen. Nous passons devant le monument qui marque le début de l'exploitation du train et la fin des caravanes entre Matadi et leopoldville.
 
( commentaire de Gaby ) Fini la belle vie et les repas pantagruéliques au cours desquels nous mangions 2 doubles rations de filet américain, 1 avec capres et l'autre sans.....finies les petites salades de concombres que Jean réclamait chaque jour et dont la seule odeur me soulevait le coeur. Nous quittons Matadi dans  un effroyable nuage de poussière. En queue de colonne je déguste un maximum, c'est pire que le fog.Très vite nous comprenons que la queuleuleu n'est pas la bonne solution et qu'il faut laisser quelques centaines de mètres  entre chaque voiture. J'ai aussi dû mettre à l'intérieur de la voiture la malle  que j'avais fixé sur la galerie car les vibrations  de celle-ci trop proche  du toit commencent  à abîmer la couleur. J'ai reçu comme passagères les 2 poupées  achetées à Ténériffe des filles de Maggy,  elles crient
" maman " à chaque fois que les soubressauts de la voiture les font perdre l'équilibre.....elles finiront dailleurs complètement désarticulées à la fin du voyage.
 
En début d'après-midi nous pique-niquons  au bord de la route dans un paysage  assez désolé et pratiquement dépouvu de végétation arbustive si bien que les messieurs sont priés de se retourner pour permettre aux dames de faire leur besoin naturel.
 
( Commentaire de jean )  Nous longeons parfois le chemin de fer et passons des petits postes dont les noms nous rappelent l'histoire de la construction du rail. Nous traversons Thysville du nom du promoteur du rail et arrivons vers les 17 H à Kisantu.
 
Il y a 2 hôtels, le meilleur tenu par un portugais est complet. Nous nous rabatons sur le 2ème tenu par une veuve belge. La propreté y fait gravement défaut. Après un repas frugal nous allons nous coucher. Dédé a une chambre avec les enfants, Maggy  une avec ses filles et je partage un sois-disant lit double avec Gaby. Pas d'éclairage non plus, nous utilisons de courtes bougies de chauffe-plat que Gaby avait par hazar dans sa valise. Mon oreiller était tellement dur que j'avais l'impression qu'on l'avait bourré de mangues. Il s'avère, au milieu de la nuit que le sommier est celui d'une personne prolongé à droite et à gauche par une planche de 30 cms de large, impossible de dormir. Je vais terminer la nuit dans la voiture. Nous avons fait de Matadi à kinsantu 267 kms. 
 
à suivre.........


01:05 Écrit par Michèle | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.