10/04/2008

Photos années 50

Il ne fallait pas grand chose pour nous amuser, des touques, quelques  branches de palmier, un casque colonial et nous voilà transformés en aventuriers.
Nous passions nos vacances de l'autre côté du lac Tanganyika à Baraka chez des amis de nos parents dont le mari était directeur de la Cotonco.
Baraka était un poste de 4 à 5 maisons d'européens, pères blancs y compris et bien sûr l'usine de coton où nous aimions aller jouer.
Nous aimions  jouer dans les hangars remplis de conton jusqu'au plafond, on se roulait dedans, on en avait plein le nez, cela nous faisait éternuer.
On avait beau nous interdire de le faire, de nous faire peur on nous disant qu'il y avait des serpents, scorpion ou autres bilulu dangeureux, rien à faire, à la moindre occasion on reprenait la direction des hangars.....!!!
Avons-nous  été chanceux ???
N
ous n'avons jamais eu d'accidents......ouf !!!
Qu'il est gai de tremper ses pieds dans le gué.....!!!
L
e passage de ce dernier en voiture était toujours pour nous source d'amusement. 
" Passera, passera pas, allions nous bloquer au milieu de la rivière ???
Mais que ce soit avec mon père ou ma mère on les traversait toujours sans problême.  Nous avons parfois traversé des rivières moins calmes que celle-là, on ne riait plus, on fermait même les yeux, on ne les ouvrait qu'un fois arrivé sur la terre ferme 

Maman nous habillait souvent pareille telles 2 soeurs jumelles. Comme la majotité des mères en Afrique c'était elle qui faisait nos robes.
Un an me séparait de ma petite soeur, on avait pratiquement la même taille à l'époque.....enfin presque.....cela n'a pas duré ;-))))


Numériser0001-7

Numériser0001-2

Numériser0001-6
Nous n'avons pas porté longtemps le casque colonial. Plutôt au début de notre 1er terme à Bujumbura, il fût rapidement remplacé par un chapeau plus léger. Rares sont les photos où nous le portons.
Il est vrai que nous nous exposions très peu au soleil, bronzer ne faisait pas partie de nos priorités, gare aux insolations et coup de soleil.
A la piscine ou à la plage maman nous badigeonnait le corps d'une bonne couche de nivea, protection solaire de l'époque.
Numériser0002-8

A suivre ..........

11:15 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : baraka, passage de gue, touque |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.