24/04/2008

Les Tambourinaires y seront aussi !!! ;-)))

mai-2

mai (2)-2

Faites passer le message syouplè :-)))

Michéré

13:56 Écrit par Michèle dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tambourinaire, festival africain, mai, hannut |  Facebook | |

19/04/2008

Souvenirs de 1960

1960 évènements graves au Congo ( belge )

Les paras-commandots arrivent à Usumbura, ils sont casernés près de l'athénée, en face de chez nous.

Des avions font régulièrement la navette entre Leopoldville et Usumbura ramenant du Congo son lot de réfugier, 
femmes et enfants en larme, la plupart en pyjama, la peur se lisant sur leurs visages marqués par ce qu'ils avaient vu et vécu là-bas !!!

La situation est incertaine nos parents décident de nous envoyer en Belgique

Départ prévu le 15/07/1960 à 15h !!!

Avant de partir papa et maman nous enmènent au restaurant, le Swiss-gril ( place Jonkers ) Installés sur la terrasse nous remarquont un avion s'envolant au-dessus du lac tanganiyka.

J'entends encore mon père nous dire en riant : " c'est votre avion qui part sans vous mes fifilles !!! "

Il ne croyait pas si bien dire, tous les avions avaient été appelés en urgence pour aller chercher des réfugiers à Leopolville.

Notre voyage fût retardé de quelques heures !!

De tous les passagers de l'avion nous n'étions que 3 ma soeur, une amie et moi d'Usumbura et aussi les seules à posséder des bagages, le restant des sièges étaient occupés par des réfugiers de toutes nationalités que l'on rapatriait en Belgique.

Je n'ai jamais oublié la détresse de ces femmes très inquiètes pour leurs maris restés à Leopoldville !!!

Survolant l'aeroport de Zaventem, en regardant par le hublot, je remarque avec surprise des miliers de voiture au sol. Je le signale à ma soeur en riant  : " tu as vu tout ce monde, sont-ils venus pour nous ??? "

Le pire était à venir !!!!

Le temps de récupérer nos valises on nous dirige vers une salle toute vitrée, derrière ces vitres une foule compact !!!

On se sentait épié,
examiné comme des animaux en cage. J
e pense que ma phobie des grandes foules doit dater de ce jour là !!!!

Regards curieux, brouhaha, nous n'étions pas à notre aise, on commençait même à avoir peur !!! Les gens se bousculaient, ceux de derrière se battaient pour pouvoir nous apercevoir.

On ne demandait qu'une chose voir apparaître notre grand-mère, quitter ce lieu au plus vite ...!!!

Des paras nous soutenait moralement, ils nous demandait si quelqu'un venait nous chercher. Après lui avoir donné le nom de notre grand-mère un appel a été lancé au micro :

" Michèle et Danielle attendent leur grand-mère "

Cette dernière entendait bien les appels mais n'arrivait pas à traverser la foule pour venir nous rejoindre.

Elle avait beau crier : 
" laissez moi passer ce sont mes petites-filles !! " 

Rien n'y faisait, personne ne la laissait passer !!!

Elle a fini par y arriver en s'énervant quelque peu. On l'a vu apparaître dans un état pas possible, elle si élégante d'habitude, était débraillée et dans tous ses états !!!

Nous avons signalé au para qu'elle était notre grand-mère, ils sont allés l'aider et elle a enfin pû nous rejoindre !!!!

Les évènements du Congo avaient amené son lot de curieux à Zaventem. Certains espéraient retrouver un des leurs, mais pour la majorité ce n'était que curiosité malsaine, l'espoir de voir des femmes et des enfants violés, blessés..... triste mentalité ..!!!!

Nous n'étions pas au bout de nos peines, il nous fallait sortir de là, les portes étaient obstruées par les curieux !!!

2 paras se sont mis devant nous avec nos valises en nous demandant de rester derrière eux, de nous accrocher à leurs ceintures tout en nous tenant par la main. Ce fût un parcours du combattant, on a failli mourir étouffé, les gens nous touchaient, nous demandaient si on nous avait fait du mal, ma grand-mère leur demandait de nous laisser tranquille, impossible de sortir, la foule bloquait le passage, les paras pourtant costauds étaient bouscullés, n'arrivaient plus à avancer j'ai même cru qu'ils allaient tomber.

Voyant cela une dizaine d'hommes se sont placés devant eux en se tenant par le bras et se sont mis à pousser pour ouvrir un passage dans la foule, gare à celui qui tombait, il se serait fait écrasé !!!

Petit à petit nous avons atteint la sortie et là un monsieur ( un bénévole ) nous a ramener à la maison. 

Meci monsieur l'inconnu !!!

Ma grand-mère voulait le payer, il a refusé, n'a même pas voulu donner son nom. Mais Mémé avait noté son nr d'imatriculation, elle a pû ainsi lui écrire pour le remercier.

Je n'ai jamais oublié ce retour en Belgique, il restera à jamais gravé dans ma mémoire !!!

22:56 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usumbura |  Facebook | |

13/04/2008

Ces voix qui chuchotent

Le chanté chuchoté : jeu sur le souffle, où le chanteur révèle à peine sa voix. Couramment utilisé au Burundi, par les chanteurs qui s'accompagnent d'une cithare inanga.

Dans les années 50-60 ces chants chuchotés s’entendaient à la radio d’Usumbura  marquant la fin des émissions, vers minuit il me semble.
Je trouvais ces voix mystérieuses, impressionnantes et magiques.
Elles me font toujours le même effet lorsque je les écoute, un seul regret ne pas comprendre les paroles.
Madamoiselle michere est heureuse de vous permettre d'entre une de ces voix chuchotées........que du bonheur !!!

free music

21:30 Écrit par Michèle dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voix chuchote, usumbura, radio |  Facebook | |

Ecoutez les ces merveilleux tambourinaires

Impossible de rester indifférente en les écoutant !!! 
Impossible de rester impassible en les entendant !!!
De merveilleux souvenirs surgissent de ma mémoire, 
surtout ceux que je pensais avoir oublié et ce n'est pas mon ami Willy qui me contredira.
Un conseil pour écouter les tambourinaires, mettre votre casque d'écoute et prevenez votre entourage que vous ne voulez pas être dérangé !!!!
 

free music

14:18 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ubumwe, tambourinaire |  Facebook | |

Maman heureuse à Usumbura........

J'ai retrouvé des photos d'Usumbura dans une grosse boite à biscuit en fer. J'en ai retrouvé de très belles de maman et en les regardant j'ai réalisé qu'elle était vraiment très heureuse là-bas !!!

Maman à l'entente sportive
publicolor et diverses photos-6 (Small)
Sur la route vers Kitega.......quel beau sourire !!!
publicolor et diverses photos-7 (Small)
Avec papa lors d'une fête à
l'hôtel Paguidas

papa et maman et divers-1 (Small)
Recevant des amis à la maison
Numériser0001-19

00:57 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maman, bujumbura |  Facebook | |

Le Lycée Clarté Botre Dame de Bujumbura

J'ai reçu de Marie-Josée des photos prisent au Lycée Clarté Notre Dame de Bujumbura pendant les années 60. En les visionnant j'ai eu l'agréable surprise d'y découvrir 2 photos de ma classe prisent en 1964.

Vous n'aurez aucune difficultée à me situer sur la photo, je suis la seule européenne. Il y avait aussi une pakistanaise chez qui on allait manger de délicieux sambussas.....j'en ai l'eau à la bouche rien que d'y penser. ;-)))

Je n'avais aucune photo de cette période là.

Merci Marie-Josée ( ex-religieuse du Lycée ) pour ce beau cadeau, je garde un merveilleux souvenir de cette classe.

ATT00208

ATT00212

 

12/04/2008

Madamoiselle Michéré

Certains pourraient se demander pourquoi je signe mes messages " madamoiselle-michéré "
 
La réponse est toute simple, c'est ainsi que m'appelait notre boy N'yangé Kisè
sa.

Impossible pour lui de dire Michèle, il était incapable de le prononcer à notre manière.

 
Petite il m'appelait Michéré, vers mes 14 ans il y a ajouté 
" madamoiselle ".

N'yange est resté de nombreuses années avec nous, il faisait partie de la famille.

 
Lorsqu'il fût trop âgé pour pouvoir travailler papa lui a demandé de rester chez lui tout en continuant à lui payer son pocho (salaire) chaques samedi à la seule condition que ce soit sa femme qui vienne le chercher car N'Yange avait un problême avec la boisson, il aurait bu toute sa paye et il avait 11 enfants à nourrir.....!!!
 
Je ne t'oublierai jamais N'Yangé Kisèsa !!!
 
Madamoiselle Michéré
 
 

00:41 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : n yange, pocho |  Facebook | |

10/04/2008

Jeu de mon enfance.......son nom ???

Nous avons passé des heures à jouer à ce jeu ma soeur et moi.
Je ne connais pas son nom burundais, si quelqu'un pouvait me le donner !!!
Une cousine m'a offert un Awalé ( 2 rangées ) 
Les règles sont différentes !!!
Incomparable avec celui que nous avions à Bujumbura.
Je n'en ai jamais vu des pareils en Belgique !!!



Ce jeu se joue avec des boules de savonnier, graines de l'arbre " Savonnier ".
Elles servent aussi de savon. Une fois dans l'eau, elles moussent et sont utilisés pour la lessive.
Produit naturel garanti !!!

12:30 Écrit par Michèle dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

Photos années 50

Il ne fallait pas grand chose pour nous amuser, des touques, quelques  branches de palmier, un casque colonial et nous voilà transformés en aventuriers.
Nous passions nos vacances de l'autre côté du lac Tanganyika à Baraka chez des amis de nos parents dont le mari était directeur de la Cotonco.
Baraka était un poste de 4 à 5 maisons d'européens, pères blancs y compris et bien sûr l'usine de coton où nous aimions aller jouer.
Nous aimions  jouer dans les hangars remplis de conton jusqu'au plafond, on se roulait dedans, on en avait plein le nez, cela nous faisait éternuer.
On avait beau nous interdire de le faire, de nous faire peur on nous disant qu'il y avait des serpents, scorpion ou autres bilulu dangeureux, rien à faire, à la moindre occasion on reprenait la direction des hangars.....!!!
Avons-nous  été chanceux ???
N
ous n'avons jamais eu d'accidents......ouf !!!
Qu'il est gai de tremper ses pieds dans le gué.....!!!
L
e passage de ce dernier en voiture était toujours pour nous source d'amusement. 
" Passera, passera pas, allions nous bloquer au milieu de la rivière ???
Mais que ce soit avec mon père ou ma mère on les traversait toujours sans problême.  Nous avons parfois traversé des rivières moins calmes que celle-là, on ne riait plus, on fermait même les yeux, on ne les ouvrait qu'un fois arrivé sur la terre ferme 

Maman nous habillait souvent pareille telles 2 soeurs jumelles. Comme la majotité des mères en Afrique c'était elle qui faisait nos robes.
Un an me séparait de ma petite soeur, on avait pratiquement la même taille à l'époque.....enfin presque.....cela n'a pas duré ;-))))


Numériser0001-7

Numériser0001-2

Numériser0001-6
Nous n'avons pas porté longtemps le casque colonial. Plutôt au début de notre 1er terme à Bujumbura, il fût rapidement remplacé par un chapeau plus léger. Rares sont les photos où nous le portons.
Il est vrai que nous nous exposions très peu au soleil, bronzer ne faisait pas partie de nos priorités, gare aux insolations et coup de soleil.
A la piscine ou à la plage maman nous badigeonnait le corps d'une bonne couche de nivea, protection solaire de l'époque.
Numériser0002-8

A suivre ..........

11:15 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : baraka, passage de gue, touque |  Facebook | |

Les sauvageonnes débarquent à Bulaya ( Belgique )

Difficile, après avoir passé de longues années en Afrique d'oublier et de ne plus utiliser notre façon de parler de là-bas.

Pas mal de mots swahili faisait partie de notre langage, nous pensions même que c'était du français.

Nous parlions " ki-français "

Ces mots sont toujours utilisés lors de nos rencontres entre anciens du Burundi .

Imagninez la tête de ma grand-mère, très à cheval sur l'éducation et le beau langage,  lorsqu'elle a vu débarqué en 1960 deux sauvageonnes que l'on avait renvoyé au pays par précaution vu les évènements graves se passant au Congo Belge. La situation était calme au Burundi mais ne sachant pas du tout comment cela allait tourner nos parents avaient préféré nous renvoyer en Belgique.

Notre grand-mère donc s'arrachait les cheveux, surtout avec moi car je lui tenais tête....et oui !!!....elle ne me comprenait pas lorsque je lui demandais où elle avait rangé mon kapitula (mon short ), que je parlait de Barza ( terrasse ), cherchais mes biloko ou bintu (  petites affaires ...ah ! oui ! un conseil en swahili les "u"  se prononcent  "ou"  ).....on parlait de bilulu ou kilulu ( insecte ),  mantéka ( beurre ), sukari (sucre ), kawa ( café ), maziwa (lait ), pole-pole ( doucement ), pote-pote ( boue ).....etc !!!.....mais la chose qu'elle abhorrait par dessus tout était que je marche  pieds nus.
Je la vois encore me pourchassant dans l'appart mes chaussures à la main 

Je n'ai jamais changé ma façon de vivre ou tès peu.......j'adore toujours marcher pieds nus, surtout dans la maison car dehors je fais plus attention, mes pieds sont devenus plus délicats.......j'ai récupéré au fil des années des pieds de mundele ou musungu ( de blanc ) Mort de rire.

Mon bwana à fini par comprendre qu'il ne devait pas m'empêcher de marcher pied nu même en hiver  !!!

P.S. Vous remarquerez sur la photo que  : " sauvageonne, oui nous étions.......un petit peu........mais nous avions tout de même nos chaussures à la main " ;-)))))

10:48 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chaussures, ki-swahili, ki-francais |  Facebook | |

Il y a le ciel, le soleil et le lac tanganyika

On aimerait y passer ses vacances.
Tout y est, le lac tanganyika, ses plages, hôtels et en prime le clapotis des vagues ainsi que l'inoubliable et toujours aussi magnifique coucher de soleil sur le lac !!!

Merci à Lily The King pour ce beau reportage sur le Burundi.