17/07/2009

Vacances à Baraka

Baraka et Fizi resteront pour moi un des endroits magiques où j'ai passé mes plus belles vacances de mon enfance. 

Baraka était un poste de 3 ou 4 maisons d'européen plus une usine de coton " la Cotonco ". L'électricité était fournie par un groupe électrogène, le soir on l'arrêtait, les lampes tempêtes (à pétrole) prenaient la relève !!! Le frigo fonctionnant au pétrole donc pas de soucis à nous faire pour les aliments. Le soir on jouait à des jeux de société ensuite dodo, pas de télé à l'époque, on se couchait tôt.

Nos journées étaient bien remplies, on (ma soeur et moi et des amies) jouait les sauvageonnes. Nous allions nourrir le cochon, les poules. Un tonneau nous servait de bateau, une brouette de voiture, mais notre plus grand plaisir était de courir jusqu'à l'usine et de nous rouler dans le coton remisé dans les hangars, il y en avait jusqu'au plafond !!! On avait beau nous mettre en garde contre les serpents, on n'obéissait pas, nous étions des enfants insouciants et surtout heureux de vivre !! 

Mon parrain (frère de papa) et ma tante étant venu passer des vacances chez nous à Usumbura mes parents avaient décidé de les emmener passer quelques jours à Baraka pour visiter la région. Au retour nous nous sommes retrouvés face à un gros problème, le pont avait été emporté suite à des pluies diluviennes. La rivière était sortie de son lit en emportant une partie du pont, il ne restait que les traverses en métal sur lequel on avait posé des planches pour permettre aux habitants de pouvoir traverser la rivière, mais impossible d'y faire passer une voiture.

Un européen se trouvant sur la rive opposée apprenant qu'il y avait 2 enfants dans notre voiture est venu nous proposer de nous ramener à Usumbura, qu'il pouvait prendre 3 personnes. Mon père étant attendu à son bureau le lendemain et nous à l'école nous avons donc traversé ce pont branlant avec quelque inquiétude mais aussi assez triste de laisser maman, mon parrain et ma tante dans la voiture. 

Ouf ! En rentrant de l'école le lendemain ils étaient bien rentrés à la maison,  mais hélas mon parrain était malade, il avait attrapé la malaria....on ne devait pas faire de bruit pour le laisser se reposer.....Souvenir ! Souvenir !  




 
 

 

 
 
 
 
 


scn0007

 

 

 

 

 

18:09 Écrit par Michèle dans Souvenir du Burundi | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook | |